Choisir la bonne épaisseur pour un isolant mural

« Plus c’est épais, mieux c’est ». Cette idée, reçue sur les isolants thermiques, est à la fois vraie et fausse. Plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour que la performance des isolants soit la meilleure. Certaines conditions sont à réunir afin d’arriver à une bonne isolation thermique réussie. Voici quelques conseils pour ne pas se tromper dans son choix.

Les indicateurs

Le premier indicateur à regarder est la résistance thermique. Elle est exprimée pas la lettre R et en “Xm².K/W”. X est donc la valeur qui indique le pouvoir isolant de l’isolant. Plus ce nombre est grand, plus l’isolant est performant. Cette valeur est un indicateur à mettre en priorité pour choisir un bon isolant.

Après, il y a la conductivité thermique. Cette valeur, quant à elle, doit être le plus petit possible. C’est le contraire du cas de la résistance thermique. La conductivité est exprimée par λ. C’est la capacité de l’isolant à conduire les calories que ce soit le froid ou le chaud. Quand la valeur de la conductivité thermique est petite, l’isolant est plus à même à ne pas créer un pont thermique. La valeur de R sera caduque.

Cependant, il y a des normes bien définies servant de référence lors de la construction ou la rénovation. C’est la norme RT2012. Cette norme indique une valeur de R entre 3m².K/W et 9m².K/W. C’est la valeur normale pour les murs qui donnent sur l’extérieur. Ainsi, la formule pour définir l’épaisseur est-elle Rxλx100.

Il importe de souligner que l’épaisseur est relative. C’est seulement à partir des calculs que l’on peut avoir les valeurs correctes. Si, par exemple la laine de roche est un isolant épais par rapport au polystyrène, leur résistance thermique est égale. Cela s’explique par le fait que le polystyrène a une valeur de lambda plus élevée.

Quelques valeurs référentielles

Certes, les nombres peuvent varier d’un isolant à un autre et d’un cas à un autre. Cependant, on peut déjà prendre quelques valeurs basiques de base pour aider dans le choix. Prenons l’exemple des laines minérales, qui restent les moins coûteux, mais tout aussi performantes. Pour les laines, l’épaisseur idéale est de 14 cm.

Pour le polystyrène, cette valeur est de 12 cm. C’est également un isolant idéal et peu onéreux, surtout pour l’isolation extérieure. Il existe plusieurs types de polystyrène pour l’isolation. Ce matériau trouve son intérêt dans sa praticité. En plus, il est facile à manipuler, ce qui permet de réussir son travaux d’isolation.

Il y a également la mousse résolique. Elle pourrait être confondue avec le polystyrène, mais c’est une mousse. Elle est intéressante du fait qu’elle résiste au feu. En outre, en cas de combustion, elle ne dégage aucune fumée toxique. Pour une isolation thermique adéquate, la mousse doit avoir une épaisseur de 9 cm. La mousse reste, toutefois encore onéreuse car l’installation d’un film pare-vapeur est impératif. Quant aux laines végétales, leur performance thermique laisse à désirer. Cependant, elles sont écologiques. C’est donc un geste soucieux de l’environnement et de son futur. L’épaisseur idéale des laines végétales est de 15 cm. Comme laines végétales, on peut citer les laines de chanvre et de bois.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.